ontslag na operatie

La surveillance et le soutien des fonctions corporelles

Respiration

Lorsque vous arriverez à l’unité de soins intensifs après l’opération, vous serez encore endormi et un respirateur vous fournira une assistance respiratoire. Pendant l’opération, après vous avoir endormi, l’anesthésiste insérera un tube par la bouche dans la trachée. Ce tube sera collé sur vos joues à l’aide d’un ruban adhésif et sera relié au ventilateur. La respiration à l’aide d’une machine est nécessaire pendant un certain temps après l’opération. Tant que le tube est dans votre gorge, il est impossible de parler. Les infirmières de l’unité de soins intensifs ont été qualifiées pour vous aider dans ce domaine. Ils connaissent les besoins des patients qui reçoivent la respiration artificielle. Si vous souhaitez demander quelque chose aux infirmières, vous pouvez toujours utiliser le système d’appel. L’infirmière vous posera des questions très précises fondées sur son expérience et ses connaissances, auxquelles vous pourrez répondre en hochant la tête par oui ou par non.

Pour certaines procédures (par exemple, l’endo-ACAB), le tube respiratoire peut déjà être retiré dans la salle d’opération.

Rythme cardiaque, tension artérielle, excrétion

Votre rythme cardiaque est surveillé à l’aide d’un moniteur qui est relié à des adhésifs sur votre corps au moyen de câbles. Votre tension artérielle sera mesurée en continu par un tube (cathéter) placé dans l’artère de votre poignet. Chaque échantillon de sang est prélevé à travers ce tube. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de vous piquer à chaque fois.

La production d’urine est surveillée par un tube (sonde) qui est placé dans la vessie pendant l’opération. En plaçant la sonde, l’urine est recueillie dans une poche à urine et vous n’avez pas besoin de vous lever pour uriner.

La consommation d’aliments et de boissons

Pour vous apporter les liquides et les calories dont vous avez besoin, vous recevrez des liquides par voie intraveineuse au moyen d’un cathéter généralement placé dans le bras et/ou le cou.

Drainage des fluides de la plaie

Dans votre poitrine, il y a plusieurs drains pour évacuer les fluides produits par la plaie. Sans ces drains, le liquide s’accumulerait dans la poitrine et pourrait vous causer des douleurs ou des dommages. Il est important de savoir que tous ces tubes sont placés après que vous ayez été endormi, afin que vous ne ressentiez aucune gêne ou douleur liée à leur mise en place.

Après avoir lu ce qui précède, vous comprendrez probablement que tous ces tubes et fils sont très importants pour le contrôle continu du fonctionnement de votre corps.

Une personne qui respire normalement et qui n’a pas subi d’intervention chirurgicale prend régulièrement une grande inspiration, tousse automatiquement ou s’éclaircit régulièrement la gorge. Après l’opération, les muscles de la poitrine peuvent être un peu tendus et il peut être douloureux de respirer. Respirez autant que possible avec vos muscles abdominaux. En raison de votre blessure au niveau de la poitrine, vous respirerez souvent moins profondément par peur de la douleur et vous ne serez moins enclin à continuer à tousser. La conséquence négative d’une mauvaise toux est que du liquide et du mucus (fluides) restent dans les poumons. Ces fluides stagnants peuvent s’enflammer et rendre la respiration difficile. Il est donc important que vous ayez reçu des exercices de respiration de la part du kinésithérapeute avant l’opération. Le kinésithérapeute vous aidera et vous encouragera à cracher les liquides.

Au fur et à mesure de votre séjour dans l’unité de soins intensifs, vous remarquerez que de plus en plus d’appareils et de tubes seront retirés. Après environ deux jours, vous serez généralement capable de manger et de boire de nouveau vous-même. La durée de votre séjour dans l’unité de soins intensifs dépend de l’évolution de votre état de santé. La durée du séjour varie donc d’une personne à l’autre.

Vous resterez donc dans ce service aussi longtemps que votre état le nécessitera.

L’anesthésiste/intensiviste décidera du moment de votre retour dans le service de chirurgie cardiaque. Lorsque vous retournerez dans votre chambre, il ne vous restera plus qu’une perfusion, vous recevrez de l’oxygène supplémentaire via un masque nasal et vous aurez parfois encore la sonde vésicale pour une surveillance supplémentaire de la production d’urine (et de la fonction rénale). Tout le reste a été enlevé sur l’unité de soins intensifs.

Retour haut de page